Accueil

Financial Europe (Email)
L'agence financière européenne
Recherche sur fee-euro.com:

   

Tous nos articles
Actualités d'Europe
Entreprises
Euro
Finances
Technologies
Bourse
Energie


Services
LG IT Index
Convertisseur de devises

FE(E)
A propos de FE(E)
Conditions d'utilisation
FE(E) et votre vie privée
Contactez nous

Annonceurs
Publicité


Finance réformée: les Vingt-Sept préparent le G20
Finance réformée : les Vingt-Sept préparent le G20
 
Avant la réunion du G20 à Pittsburgh, les Européens accordent leurs violons : comment réformer la banque, sans déplaire aux Américains et aux Chinois.
 
Philippe Rombaut à Bruxelles
 
Réformer la finance : le 17 septembre 2009, à Bruxelles, les vingt-sept chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union européenne (UE) se réunissent au cours d’une réunion informelle, qui se tient avant le Sommet des vingt puissances industrielles (G20), à Pittsburgh aux Etats-Unis, pour contrer la crise financière et économique qui continuent de déstabiliser les pays développés. Réguler ou non la finance ? Les Vingt-Sept doivent s’accorder sur une position commune à défendre, lors du G20 en septembre 2009, face aux Américains et aux Chinois qui ne leurs font pas de cadeaux sur le marché mondial.
 
Avant le Sommet du G20, le 17 septembre 2009, les Vingt-Sept tentent de résorber leurs divisions sur la stratégie à suivre pour lutter contre la crise économique et la régulation financière. Que proposer au G20 contre la crise ? Il s’agit d’abord « d’assurer une reprise durable » de l’économie mondiale. Le G20 doit réaffirmer sa « détermination à poursuivre la mise en œuvre d’actions coordonnées, afin d’établir les fondements de la croissance durable et d’éviter tout rebondissement de la crise financière. Aussi les Vingt-Sept prévoient 5% de soutien à l’économie en 2009-2010. Et les politiques budgétaires des Etats membres de l’UE doivent être progressivement réorientées vers la viabilité à long terme des finances publiques : réduire le déficit et dégraisser la dette. Moutons noirs : la Grèce à cause de sa « marine marchande fantôme » et l’Espagne à cause de la crise de la « brique espagnole ». Il convient d’élaborer immédiatement des « stratégies de sortie » et de les appliquer de façon coordonnée dans chaque Etat membre lors de la reprise. Les chefs d’Etats et de gouvernements approuvent le rapport du G20 sur « l’avenir de la coopération et de la coordination économiques internationales ». Parce qu’il est vital de renforcer la « coordination macroéconomique mondiale », où le Fonds Monétaire International (FMI) tient un rôle clé. Les membres de l’UE et du G20 doivent s’accorder sur une « chartre pour une gouvernance économique durable », afin de réaffirmer les principes de « responsabilité », de « transparence » et de « viabilité ». Le G20 s’oppose au « protectionnisme » et soutient le « libéralisme commercial ». But : conclure les négociations internationales de Doha en 2010, selon les accords récents du G8 à L’Aquila en Italie. Et appliquer l’accord pris à Londres sur les crédits commerciaux de 250 milliards de dollars.

.../...                                                  

(le jeudi 14 janvier 2010.)
Version complète de cet article.


La consultation et l'usage de ce document sont soumis à nos conditions générales de consultation et d'abonnement. Ce document provient du site de l'agence financière européenne.
Adresse du document:
http://www.fee-euro.com/cgi-bin/cgiwrap/reddawn/view.html?id=585

L'agence financière européenne / Financial Europe (Email)
176 Rue Joseph II    B-1000 Bruxelles    Belgique
Tèl / Fax: +32 2 230 92 74    www.fee-euro.com


Mon compte abonné
Inscrivez vous !

 Modifier mon code secret
 Mes coordonnées
 Mon historique
 Détruire mon compte

 Conditions générales
 FE(E) Scoop
 Nos tarifs

 Contactez nous