Accueil

Financial Europe (Email)
L'agence financière européenne
Recherche sur fee-euro.com:

   

Tous nos articles
Actualités d'Europe
Entreprises
Euro
Finances
Technologies
Bourse
Energie


Services
LG IT Index
Convertisseur de devises

FE(E)
A propos de FE(E)
Conditions d'utilisation
FE(E) et votre vie privée
Contactez nous

Annonceurs
Publicité


General Electric, Siemens et Alstom se dispute le nucléaire
General Electric, Siemens et Alstom se disputent le nucléaire

Comment les équipementiers électriques européens, américains et russes convoitent le marché nucléaire civil, bousculé par la banqueroute.

Philippe Klein à Bruxelles

En février 2009, l’allemand Siemens et la française Areva divorcent : Siemens, cédant ses 34% des parts détenues dans Areva depuis 2001, se rapproche de l’agence atomique Rosatom, société publique russe. Sergei Kirienko, le président de Rosatom (Russie), et Peter Löscher, le président de Siemens (Allemagne), s’entendent, le 3 février, sur un partenariat russe et allemand, renforçant leurs entreprises sur le marché nucléaire civil mondial, où la concurrence oppose General Electric (Etats-Unis), Alstom (France) ou Westinghouse Toshiba (Japon). Siemens, entrant en Russie, distancerait Alstom. Sous George Bush, Moscou et Washington avaient signé un accord nucléaire civil, rompu depuis par l’attaque russe en Géorgie. Après l’affaire géorgienne, Rosatom et Atomenergoprom (nucléaire civil) recherchaient un partenaire européen, souhaité par Vladimir Poutine. Quelles en sont les conséquences pour l’UE ? L’association nucléaire civile Russie-Allemagne, remplaçant l’association France-Allemagne, portent un rude coup à la politique énergétique de l’Union européenne (UE). Ce changement stratégique compromet la coopération franco-allemande au sein d’Areva, où  l’allemande E.ON était présente, et renforce l’alliance énergétique entre l’Allemagne et la Russie. Car E.ON Rurghas, première entreprise électrique et gazière allemande, représente l’actionnaire clé de Gazprom, première entreprise gazière publique russe. Cela affaiblit la stratégie énergétique de la Commission européenne (CE), qui doit négocier avec Moscou des pipelines reliant l’UE et la Russie.     

.../...                                                        

(le samedi 21 février 2009.)
Version complète de cet article.


La consultation et l'usage de ce document sont soumis à nos conditions générales de consultation et d'abonnement. Ce document provient du site de l'agence financière européenne.
Adresse du document:
http://www.fee-euro.com/cgi-bin/cgiwrap/reddawn/view.html?id=567

L'agence financière européenne / Financial Europe (Email)
176 Rue Joseph II    B-1000 Bruxelles    Belgique
Tèl / Fax: +32 2 230 92 74    www.fee-euro.com


Mon compte abonné
Inscrivez vous !

 Modifier mon code secret
 Mes coordonnées
 Mon historique
 Détruire mon compte

 Conditions générales
 FE(E) Scoop
 Nos tarifs

 Contactez nous