Accueil

Financial Europe (Email)
L'agence financière européenne
Recherche sur fee-euro.com:

   

Tous nos articles
Actualités d'Europe
Entreprises
Euro
Finances
Technologies
Bourse
Energie


Services
LG IT Index
Convertisseur de devises

FE(E)
A propos de FE(E)
Conditions d'utilisation
FE(E) et votre vie privée
Contactez nous

Annonceurs
Publicité


George Bush et l’UE restaurent difficilement le lien atlantique George Bush et l’UE restaurent
difficilement le lien atlantique


Les Américains et les Européens tentent de rétablir, à Bruxelles, le lien atlantique. Sans dissiper le malaise.

Philippe Rombaut à Bruxelles

Le 22 février 2005, au Conseil européen à Bruxelles, George Bush s’adresse à la presse. A ses côtés, il y a Jean-Claude Juncker, présidant l’Union européenne (UE), José-Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne (CE), et Javier Solana, le Haut-Représentant de l’UE pour la Politique Européenne de Sécurité et de Coopération (PESC). Dans les coulisses, Condolezza Rice, la secrétaire d’Etat américaine aux affaires étrangères, venue déjà, le 9 février, dans la capitale européenne. Auparavant le Président américain rencontre les représentants de l’OTAN et ceux de l’UE. Surtout Jacques Chirac, opposé à l’intervention militaire américaine en Irak. Plus tard, George Bush s’entretient avec Gerhard Schröder et Vladimir Poutine. L’UE et les Etats-Unis parviennent-ils à rétablir le traditionnel lien atlantique ? En fait, l’Europe et l’Amérique défendent désormais des intérêts politiques et économiques devenus souvent divergents.

« Les perspectives de paix s’avèrent meilleures au Proche-Orient », déclare d’abord Jean-Claude Juncker, le premier luxembourgeois représentant l’UE. L’Europe travaillera avec les Etats-Unis et le « quartette » diplomatique sur la « feuille de route », le retrait de Gaza, pour assurer la sécurité dans la région ». Et pour l’Irak, il s’agit de « l’engagement commun » de l’UE et des Etats-Unis pour appuyer ensemble le nouveau gouvernement irakien, en vue du forum et de la conférence internationale. Notamment au Liban, où l’UE et les Etats-Unis demandent l’envoi d’une commission d’enquête internationale, après l’assassinat récent à la bombe de Rafik Harriri, l’ex-Président libanais. L’espagnol Javier Solana, l’ancien secrétaire-général de l’OTAN, approuve. Ensuite George Bush enchaîne : .../...

Ph.R.

(le jeudi 3 mars 2005.)
Version complète de cet article.


La consultation et l'usage de ce document sont soumis à nos conditions générales de consultation et d'abonnement. Ce document provient du site de l'agence financière européenne.
Adresse du document:
http://www.fee-euro.com/cgi-bin/cgiwrap/reddawn/view.html?id=469

L'agence financière européenne / Financial Europe (Email)
176 Rue Joseph II    B-1000 Bruxelles    Belgique
Tèl / Fax: +32 2 230 92 74    www.fee-euro.com


Mon compte abonné
Inscrivez vous !

 Modifier mon code secret
 Mes coordonnées
 Mon historique
 Détruire mon compte

 Conditions générales
 FE(E) Scoop
 Nos tarifs

 Contactez nous